Jusqu’au 9 juillet, le Grand Palais nous fait entrer dans le monde virtuel et interactif.
Sujet très actuel avec le développement de l’informatique qui bouleverse notre existence et mène à l’intelligence à l’intelligence artificielle .
Certains artistes ont utilisé des machines de plus en plus perfectionnées pour réaliser des œuvres dans tous les domaines : dessin , peinture , musique , mobiles , jeux de lumière , etc …
L ´art et la littérature ont toujours rêvé de créatures artificielles capables de remplacer voir de dépasser les humains .
Au XIX eme siècle , Mary Shelley invente le premier héros de science fiction , Frankenstein , monstre qui menace de détruire l’humanité .
Le mot ROBOT est employé pour la première fois à Prague dans une pièce de théâtre où des machines esclaves se révoltent .
Dès 1950 , des artistes essaient d’ utiliser des robots pour créer , peindre , composer de la musique .
Après les pionniers , ( Schoffer , Tinguely , Paik ) et grâce à l’informatique , d ´autres créateurs ont donné aux robots une autonomie croissante pour arriver à une sorte
d’intelligence artificielle .
Cette exposition nous invite à découvrir des œuvres d’art créées à l’ aide de robots de plus en plus sophistiqués .
Une quarantaine d’ artistes donnent accès à un monde digital et interactif .
Des logiciels de plus en plus puissants donnent aux œuvres une autonomie toujours plus grande .
Cette présentation nous oblige à nous poser des questions :
– Que peut faire un robot que ne peut pas faire un artiste ?
– Un robot peut -il avoir de l’ imagination ?
– Qui décide : l’artiste , le robot  ou le spectateur ?
– Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ?
– Faut-il avoir peur des robots ?
On peut citer quelques réflexions :
-Nicolas Shoffer : La vie n’est pas répétitive .
– Isaac Asimov ( 1953 ) : Les choses n’ ont pas besoin d’être vraies , du moment qu’elles en ont l’ air .
– George Perec ( 1978 ): Tout portrait se situe au confluent d’un rêve et d’une réalité .
– Blaise Cendrars ( 1948 ) : On ne vit pas dans l’ absolu , même un robot connait la panne . Sans contradiction , il n’y a pas de vie .
Cette exposition très intéressante et tout à fait originale nous montre que les Robots mêmes très sophistiqués restent les esclaves des Artistes.

Info pratique:

Dimanche, lundi, jeudi, vendredi, samedi de 10h à 20h.
Mercredi de 10h à 22h.
Fermeture hebdomadaire le mardi
Fermeture anticipée à 18h les jeudis 5 avril et 24 mai.
Fermé le mardi 1er mai.
Dans le cadre de la Nuit des musées, l’exposition sera ouverte et gratuite à partir de 20h le samedi 19 mai 2018 (entrée jusqu’à minuit – fermeture à 1h).
Plein tarif : 14 €
Tarif réduit : 10 €
Tarif tribu (4 personnes dont 2 jeunes 16-25 ans) : 38 €Gratuit pour les jeunes de 16 à 25 ans inclus, sans billet ni réservation, les mercredis 2 mai, 6 juin et 4 juillet, entre 19h et 22h (dernière entrée 21h)

GRAND PALAIS, GALERIES NATIONALES
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
                                            H.lejosne rédacteur au magazine culturel lumieres en arts