Mohamed Ali, Kinshasa 1974

Série : Magnum Photos  

Scénariste : Jean-David Morvan         Dessinateur : Rafael Ortiz

Coloriste : Hiroyuki  Ooshima          Photographie Abbas

Edition : Dupuis                                Date de sortie : 5 juin 2020

Le magazine Jeune Afrique commande au photographe Abbas un reportage sur le jeune pays zaïrois. Direction le Zaïre, en plus il aura l’occasion de couvrir le match mythique « The Rumble in the Jungle » entre une montagne, George Foreman et le retour d’une légende, Mohamed Ali. Donald King fait un pari fou en organisant ce match, rien n’était joué d’avance. Il trouve en Mobutu le partenaire idéal dans son besoin d’effacer toute trace de l’occident. À travers Abbas et son reportage, nous découvrons des enjeux politiques, humains, sportifs qui marquent à jamais le vingtième siècle. C’est un pays en pleine mutation que le photographe saisit dans l’objectif. C’est un combat titanesque qui ne donnait pas Mohamed Ali vainqueur. C’est la victoire de l’esprit sur la force brutale. C’est l’endroit et le moment où il fallait être en cet automne 1974.

« Un cadeau du président Mobutu au peuple zaïrois et un honneur pour l’homme noir »

Jean David Morvan, scénariste prolixe, ne manque pas d’idée. Il suffit d’une pile de livres sur la photo pour que naisse dans l’excellente collection Aire libre de Dupuis, une nouvelle série Magnum photo. Comme il l’explique dans les bonus de ce quatrième album, elle s’ouvre avec l’un des photographes majeurs du vingtième siècle, Robert Capa Le débarquement, Cartier Bresson La libération, Mc Curry Le 11 septembre. À chaque fois, derrière l’objectif et le parcours du photographe, les auteurs développent un événement marquant de notre société. Avec ce quatrième tome, elle trouve sa forme définitive, mélangeant photo, dessin et paroles du photographe en filigrane. L’intérêt de cette collection est d’aborder à chaque fois un moment de l’histoire montrant l’importance de ces hommes et ces femmes qui témoignent d’un événement incontournable. Pour l’instant, nous retrouvons beaucoup de photographes, et peu de femmes. Derrière le combat des deux titans, c’est un pays, une société en mutation que nous propose de découvrir Jean-David Morvan. Le match devient aussi important à l’extérieur du ring où il commence à se jouer. Sur le ring, le combat dépasse le simple aspect sportif, car il marque des enjeux cruciaux que rendent bien les auteurs. Ali joue son retour et Foreman sa réputation d’invincible. Loin de l’écriture fictionnelle, plus proche du reportage, du témoignage, le scénariste et le dessinateur, par leur talent, nous emportent, nous transportent, plus loin dans les couloirs secrets du monde. Rafael Ortiz s’empare du sujet avec maestria, donnant toute son ampleur au match en éclatant le format classique pour imposer un envol et un rythme dynamique, à l’image des deux combattants. La forme plus sage nous offre une respiration pour nous emporter ensuite dans ces compositions pleine page, osmose entre le texte, les photos d’Abbas et le dessin ne formant plus qu’un. Rafael Ortiz joue du noir et blanc, de la couleur et du mouvement dans une composition explosive. Mohamed Ali, Kinshasa 1974 est bien plus qu’un album sur la boxe, il démontre combien la bande dessinée ne s’interdit plus aucun territoire et s’affirme pleinement comme une littérature à part entière.

Patrick Van Langhenhoven