Agnès, en pleine lumière.


En 1954, j’étais photographe au TNP et je connaissais peu le cinéma. Il me semblait alors que beaucoup de “révolutions littéraires” n’avaient pas leur équivalent à l’écran. Aussi me suis-je inspirée, pour mes recherches, de Faulkner, de Brecht, essayant de briser la construction du récit, de trouver un ton à la fois objectif et subjectif, de laisser au spectateur sa liberté de jugement et de participation
Interview Le Monde en 1962
 de 
Agnès Varda

Tout en haut.
En équilibre.
Juchée sur un technicien impassible.
Accrochée à une caméra qui paraît l’absorber.
Une jeune femme de 26 ans tourne son premier film.

Carine.G.K

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.