Le musée Marmottant-Monet présente une exposition qui rassemble des tableaux de Paul Cézanne associés à des toiles de peintres italiens signées par de célèbres Maîtres du XVII au XIX ème siècle ou par des artistes plus récents de l’école transalpine. Les tableaux, proposés par paire, un Cézanne-un italien, nous révèlent combien les grands Maîtres ont influencé Cézanne et comment ce dernier, à son tour, a influencé les jeunes italiens. Outre le plaisir que nous procure la palette de Cézanne,  cette mise en perspective enrichit l’exposition par son originalité.

Né à Aix-en-Provence où il a passé le plus clair de sa vie, Cézanne ne s’est  jamais rendu en Italie mais sa peinture fleure bon une région provençale très semblable à la Toscane avec ses collines, ses cyprès, ses oliviers, sa vigne et ses plages baignées par la méditerranée. En cela, il n’est pas étonnant que des sources d’inspiration commune à tout ces peintres se traduisent dans leurs œuvres.

Le fameux tableau de Cézanne représentant  la montagne Sainte Victoire est étonnamment  construit comme le « Paysage avec Bacchus » peint par Nicolas Poussin en 1625.

Il n’y a pas que les paysages qui présentent des similitudes. On en retrouve dans les portraits, comme «La femme à l’hermine » et le « Portrait de jeune fille » du Greco, ou dans les natures mortes, comme celle de Cézanne et le tableau de Murani, ou encore dans l’attitude des personnages comme dans « Les quatre Baigneuses » et le « Concert d’Amours » de Nicolas Poussin,  pour ne citer que ceux-là.

Nombre de  jeunes peintres italiens, dont ceux du mouvement « Novecento »  né en 1922 à Milan, ont eu pour « mentor » notre aixois. En témoignent notamment des portraits tels l’«Antony Valabrègue » et l’ « Auto-portrait » de Mario Sironi, ou bien « Ritratto del fratello Ettore »  de ce même peintre et l’« Homme assis ».

On est frappé par les similitudes entre le «Paysage de Provence» de Cézanne et le «Paysage» de Ottone Rosai. En 1955, Fausto Pirandello produit un « Baigneuses de dos » qui répond au « Cinq baigneurs » de Cézanne.

Cette remarquable exposition, qui décline une soixantaine de tableaux  mimétiques dans un vaste domaine de sujets très variés, revient au talent des Commissaires Alain Tapié, conservateur en chef honoraire des musées de France et Marianne Mathieu, Historienne de l’art et Directeur scientifique du musée Marmottan-Monet, qui ont habilement rassemblé des œuvres venant de plus de quarante collections, publiques ou privées.

Cézanne et les maîtres. Rêve d’Italie, Musée Marmottan-Monet, 2, rue Louis Boilly, 75016 Paris. Ouvert tous les jours du 27 février au 5 juillet 2020, sauf le lundi et le 1er mai, de 10hà18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h.

Léa Berroche. Rédactrice au Magazine »Lumières en Arts ».