« De Chagall à Malevitch, la révolution des avant-gardes »

aff12.inddPour son exposition d’été, le Grimaldi Forum Monaco présente « De Chagall à Malevitch, la révolution des avant-gardes », une exposition produite dans le cadre de l’Année de la Russie en Principauté de Monaco et qui sera un des événements marquant de cette célébration en 2015.

L’exposition réunira plus de 150 œuvres majeures. Un catalogue scientifique bilingue richement illustré, réunissant des essais de spécialistes sur les avant-gardes ainsi que des notices et bibliographies sur les artistes et les différents mouvements de cette époque, sera édité à cette occasion.

 

Cette exposition réunira, des œuvres majeures de grands créateurs qui, entre 1905 et 1930, illustrent les avant-gardes en Russie. Ils ont façonné une modernité sans précédent, se démarquant totalement de ce que l’on connaissait jusqu’alors : Altaman, Baranov-Rossiné, Bourliouk, Chagall, Chevtchenko, Dymchits-Tolstaïa, Ender, Exter, Filonov, Gabo, Gavris, Goncharova, Kadinsky…

 

Ces artistes annoncent de grands bouleversements dans la manière de penser, de voir et de représenter la réalité. Ces jeunes créateurs à Moscou, St-Pétersboug , ne peuvent se satisfaire de cette vision du passé. L’apparition de nouveaux moyens de communication forgent un nouveau langage. Ils imposent une vision qui correspond à ce qu’ils côtoient, à ce qu’ils vivent, à ce qu’ils font.

 

Des modes de représentation apparaissent, indissociables de ce courant de modernité qui capte le choc des découvertes dans ces premières années du XX° siècle, dans le domaine de la littérature, de la musique, de la danse ou des arts plastiques. « Les sons, les mots, les formes… basculent et bousculent les idées reçues. Les ruptures sont immenses entre un monde compassé, dépassé, et les novateurs de ce temps là. Les artistes tissent, dans cet univers en déroute, des langages décapants, nécessaires pour l’avenir. »

 

Différents mouvements voient le jour, créant des écoles ou des mouvement qui illustrent l’énergie et la richesse de la création au début du XX° siècle : impressionnisme, cubisme, futurisme, cubo-futurisme, rayonnisme, suprématisme, constructivisme               … Il s’agit d’un réel bouleversement, ainsi se constitue l’essentiel de la trame de cette grande histoire des « avant-gardes ».

 

Afin de présenter un sujet d’une telle envergure, le commissaire de l’exposition Jean-Louis Prat a obtenu des prêts indispensables de grandes institutions russes : le Musée d’Etat russe à St-Pétersbourg, le musée Pouchkine et la Galerie Nationale Tretiakov à Moscou.

D’autres grands musées russes comme ceux de Nijni-Novgorod … ont été sollicités et ont également consenti des prêts exceptionnels.

 

Carte blanche aux étudiants et à Philippe Borderieux

 Pour cette édition, une Carte blanche a été donnée aux étudiants et à leur professeur d’arts plastiques, Philippe Borderieux .

 

Le rêve, la magie et la poésie sont au rendez-vous dans cette nouvelle installation en regard du bivouac de Napoléon.

Comment parler d’un tel héritage ? Par le détournement et le déplacement afin de réenchanter cette période glorieuse et terrible qui fait partie de notre mémoire collective.

 

Un campement miniature et des maquettes éclairées sont réalisées par les élèves et mis en scène par Philippe Borderieux où l’illusion et l’alchimie des matériaux provoquent l’émotion esthétique.

 

Philippe Borderieux, artiste plasticien, est actuellement professeur au Mobilier national et à la manufacture des Gobelins. Il est chargé de préparer les futurs lissiers à une formation et une pratique plastique cherchant à développer le sens de la couleur et du dessin et l’acuité visuelle.

Ecole invitée : Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Arts, Olivier de Serres, (ENSAAMA), classe de Françoise Rivaux.

Cette exposition a été réalisée en partenariat avec le Musée des Beaux-arts d’Ajaccio – Palais Fesch et la Fondation Napoléon.



Copyright - Lumières En Arts,  Votre magazine culturel du web - 2017

%d blogueurs aiment cette page :