Chanson douce

Leïla Slimani, Gallimard

 

Chanson douce c´est le portrait de deux univers qui se rencontrent et très vite ne peuvent plus vivre l’un sans l’autre. Le premier univers est celui d’une famille, tout ce qu’il y’a de plus banal-Paul, Myriam, et leurs deux enfants. Paul est investi dans son travail et Myriam, d’abord mère au foyer, commence très vite à s’ennuyer et ambitionne de reprendre une activité professionnelle dans laquelle elle s’épanouirait et surtout serait valorisée. Mais comme pour beaucoup de familles, se pose le dilemme de la garde des enfants.

Comment concilier vie professionnelle et vie de famille ? La solution apparait presque comme une évidence, une nounou ! Mais encore faut-il trouver la bonne... Après plusieurs entretiens, Paul et Myriam font la connaissance de Louise, une femme qui tout de suite les séduit par son savoir-faire avec les enfants. Tout dans la posture et les gestes de Louise sontparfaits, aucune raison de se méfier. Sans trop de protocole, elle est donc engagée. Dans cette famille où les parents deviennent rapidement absorbés par leurs occupations professionnelles, Louise a toute la latitude de s’installer et de devenir indispensable, à tel point que Paul et Myriam n’imaginent plus leur vie sans ce cadeau du ciel.

Mais Louise, elle aussi a son histoire.  Au-delà des apparences de femme parfaite, c’est une femme sur laquelle la dureté de la vie a imprimé des marques indélébiles. Toute sa vie a été jalonnée de vicissitudes qu’il a fallu surmonter tant bien que mal.

Mais lorsqu’elle rencontre Paul et Myriam, c’est un nouveau départ. Quand chaque matin elle quitte son appartement de facture modeste pour se rendre à son travail, c’est un véritable enchantement qui s’opère. Elle change de monde et passe d’une vie remplie de chagrins et d’inquiétudes à une vie dans laquelle le rythme des tâches qu’elle a à accomplir devient vite un exutoire, une raison de vivre, etlorsqu’elle commence à soupçonner que Paul et Myriam sont sur le point de mettre fin à sa mission, c’est tout son univers qui s’écroule et le pire commence alors à se dessiner.

Ce roman est une satire de notre société, une société dans laquelle le travail est une motivation et un objectif, même au sein de la famille. Pour les femmes, ce rapport au travail est encore plus complexe, puisqu’il est toujours question de concilier ce dernier à la vie familiale. Elles se doiventd’affronter les deux sans s’en plaindre.  Si elles ne choisissent que d’être mères au foyer, elles subissent d’une part le regard extérieur souvent méprisant et d’autre part leur propre regard qui bien des fois est celui qui commence et finit d’entamerleur confiance en elles.

Si elles choisissent de travailler, c’estsouvent sans compter sur le manque de soutien de leursconjoints qui accueillent la nouvelle avec réserve. Mais plus que la méfiance ou le refus des conjoints, elles doivent surtout faire face à un impératif qu’elles semblent elles-mêmes avoirintégré, celui de prouver qu’elles méritent leur place.

Chanson douce, c’est aussi une histoire de classes. Ici se côtoient deux univers si proches mais pourtant si différents, proches par la géographie des quartiers mais lointains par les situations sociales des personnes qui y vivent.  

Tous ces évènements, Leila Slimani les décrit avec une plume crue.  Alors que le titre de son livre pourrait préparer le lecteur à un voyage paisible, dès la première page, il déchante et la violence de l’histoire qui est racontée le saisit. Désormais, impossible de se défaire de toutes ces questions qui le taraudent.  À cela s’ajoute la pensée tenace que cette histoire aurait pu être vraie.

 Ce roman est un crescendo d’émotions, une confrontation brutale entre la banalité du quotidien et la folie dont sont capables les hommes presque du jour au lendemain.

 

Sarah GIORIA NDENGUE rédactrice