NANCY JAZZ PULSATIONS 2021-VIVE LES JAZZ (S) !

 

Cette année encore, la volonté du NJP d’afficher un éclectisme allant au-delà des frontières du jazz a été accomplie. Mais s’il s’agit avant tout d’une ouverture sur les autres genres musicaux, le NJP est également l’occasion de rappeler que la musique jazz elle aussi est dotée d’une grande diversité à laquelle il peut être plaisant de se frotter. D’ailleurs comme l’a souligné Thibaud Rolland directeur du NJP en introduction de cette soirée, plutôt que de parler du jazz, il conviendrait davantage de parler “des jazz”. Une réflexion à laquelle l’équipe de programmation du festival a voulu rendre hommage à travers une soirée de trois concerts inscrits dans trois styles de jazz différents. 

C’est d’abord à la musique du groupe de jazz métal Ckraft que le public a pu goûter. Ambassadeur de ce style particulier, le public une fois de plus au rendez-vous n’a pas hésité à gratifier ces ovnis d’un accueil fort chaleureux, se laissant volontiers transporter dans cet univers fait de saxo, de chant grégorien et de puissance du métal. Et comme pour faire suite à cette mise en bouche, la dégustation s’est poursuivie par la performance du batteur  Makaya Mcraven, protagoniste incontournable d’une scène de jazz internationale émergente. Dans une rythmique fulgurante, il a su honorer le public de chansons extraordinaires, dont quelques-unes issues de son dernier album “«Deciphering the Message », cocktail d’hommages au label mythique Blue Note.  Et enfin, dans une ambiance qui s’est voulue crescendo, c’est le jazzman cubain Roberto Fonseca qui a suspendu le temps avec ses mélodies envoutantes, presque spirituelles, venues d’ailleurs.  

Mais pour ce pianiste chevronné que l’on ne présente plus, lorsque les mélodies ne transportent pas dans un autre monde, elles font danser et permettent de bien garder les pieds sur terre. 

Finalement, si le Nancy Jazz Pulsations reste avant tout un festival de jazz, cette volonté de programmer des artistes évoluant dans d’autres genres musicaux montre aussi que la musique loin d’être un espace cloisonné, se nourrit de l’ensemble des influences qui s’entremêlent en son sein. 

 

Sarah GIORIA NDENGUE