Les Héros ne meurent jamais !

Une exclamation claire du file rouge de ce film d’Aude Léa Rapin. De la France et la
Belgique, à l’arrivée en Bosnie-Herzégovine, nous voyageons à travers une époque de
l’histoire de Sarajevo où les fantômes de la guerre sont encore visibles. La fascination de la
réalisatrice Léa Rupin pour le cinéma lui vient de Francis Bueb et Jean-Luc Godard.
Un film documentaire, un retour sur les témoignages Balkaniques.
La proximité avec la mort est encore plus évidente dans un pays comme la Bosnie.
Joachim l’acteur principal troublé par l’idée d’être une réincarnation d’un soldat mort en
Bosnie et née le même jour que lui, Il se lance dans un retour en arrière. L’histoire de son
passé. A-t-il vécu une vie antérieure ? La réincarnation est-elle une réalité ou une invention
imaginaire ?
Un peu des deux, j’ai envie d’y croire, et je préfère imaginer qu’il y a quelque chose à la fin
pour moi et pour les autres (Aude Léa Rapin).
Les Héros ne meurent jamais ! A une singularité, dû à une façon de faire libre et modeste.
Ce film tous publics où se mêle émotion et souvenir, sortira en salle le trente septembre
deux mille vingt pour le plaisir des cinéphiles.

C . koffi