Antoinette SasseQui est Antoinette Sasse ? Femme d’affaires quand elle gère la fortune familiale. Amie de Soutine quand elle est peintre. Femme libre et moderne quand elle divorce de son mari. Amie de Jean Moulin quand elle est résistante. Élégante femme du monde quand elle s’habille chez les grands couturiers. Antoinette Sasse est une femme éprise de liberté. Engagée, anticonformiste, amoureuse ; elle est l’une de ces personnalités hors-norme, malheureusement oubliées du grand public.

L’exposition qui lui est consacrée au musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la libération de Paris – Musée Jean Moulin du 12 avril 2016 au 29 janvier 2017, nous présente dans un parcours thématique et chronologique la vie de cette « garçonne » des années folles. Constituée en grande partie des archives léguées par Antoinette Sasse à la ville de Paris (elle légua toute sa fortune et ses collections afin de réaliser un musée dénommé « musée Jean Moulin » qui fut inauguré en 1994), on y retrouve photographies, correspondances, coupures de presse, tableaux, dessins, messages codés, carnets de notes, pièces d’identités, tenues vestimentaires, extraits sonores et/ou vidéos…

Une exposition riche et détaillée, savamment agencée, aux facettes multiples, à l’image de la personnalité de cette grande femme, héroïne de son temps.

Antoinette Sasse et Van Dongen – Musée Jean Moulin (Paris Musées)
Antoinette Sasse et Van Dongen, Plage de Biarritz 1946 © Fonds A. Sasse, Musée du général Leclerc et de la Libération de Paris – Musée Jean Moulin (Paris Musées)

Antoinette Sasse naît au sein d’une famille aisée le 18 juin 1897. Cadette de quatre enfants, ils bénéficieront d’une éducation soignée où les arts prendront une place importante. Très vite elle fera preuve d’une aisance particulière pour le piano et en décrocha le premier prix. Cependant c’est avec le dessin qu’elle trouvera ses affinités. Elle prend des cours de peinture auprès des maîtres de son époque (la légende fait de Fernand Léger son professeur mais rien ne permet de le confirmer). Elle se lie d’amitié avec Soutine et devient très proche de Kees Van Dongen (il lui dédicace son portrait de son surnom « KiKi »). Douée, elle expose dans les grands salons et on l’appelle pour des portraits.

Indépendante et éprise de liberté, elle divorcera de son mari volage Raymond Sachs (Sasse étant son nom francisé). Elle conduit sa propre voiture (fait rarissime à l’époque pour une femme et qui lui sera utile pour rejoindre la zone non occupée). Passionnée d’aviation, elle fréquente les milieux d’avionneurs. Sa sœur Suzanne est de surcroît la première femme à posséder un brevet d’aviatrice. C’est lors d’un dîner organisé par un constructeur d’avions qu’elle rencontrera Jean Moulin. Sa personnalité, son élégance (cliente assidue de Jeanne Lanvin, elle portera tout au long de la guerre son tailleur de velours noir signé Maggy Rouff) et son éducation font d’elle une femme du monde aux relations multiples. (De l’écrivain Paul Géraldy aux hommes politiques tel Joseph Paul-Boncour, Georges Boris ou Alexandre Parodi).

Résistante auprès de Jean Moulin, leur relation est compliquée (lui amoureux d’une autre et elle ne souhaitant pas rompre avec Paul Géraldy). Profondément heureux tous les deux, elle restera sa compagne et sa collaboratrice jusqu’au départ de celui-ci pour Londres. Résistance reconnue, elle est faite Chevalier puis grand Officier de la Légion d’Honneur.

Enquêtrice sur l’affaire de Caluire, elle parvient à retrouver une trace de la présence de Jean Moulin sur le registre des écrous de Montluc et réussit tôt à prouver avec certitude la trahison dont il a été victime.

Mécène, elle œuvre pour honorer la mémoire du chef de la résistance. Antoinette Sasse est la fondatrice du musée Jean Moulin.

 

Julien Joanny

Fleuron

Soulignons le travail de Christine Levisse-Touzé et de Dominique Veillon historiennes et commissaires d’exposition

&

Assistez à la conférence de Dominique Veillon le jeudi 14 avril à 14h30
Assistez à la conférence de Christine Levisse-Touzé le samedi 21 mai à 10h
Assistez à la présentation de l’ouvrage de Pierre Péan « Jean Moulin, l’ultime mystère » le jeudi 16 juin à 14h30
(Durée : 1h30 – Sur réservation – Entrée gratuite)


Informations pratiques
Horaires :
Du mardi au dimanche de 10h à 18h jusqu’au 29 janvier 2017
Fermé les lundis et les jours fériés
Lieu :
Musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la libération de Paris
Jardin Atlantique
23 allée de la 2ème D.B. – 75015 Paris
Métro : Montparnasse-Bienvenüe, ligne 4, 6, 12 ou 13
Bus : 28, 58, 88, 91, 92, 94, 95, 96
Tarifs :
Tarif plein : 5 euros
Tarif réduit : 3,5 euros
Site internet