img_5763Le producteur de musique africaine David Monsoh l’un des plus performants de sa profession nous a accordé une exclusivité inédite sur son parcours professionnel. Aujourd’hui producteur de phonogrammes en France, il crée sa maison de production OBOUO music basée à Londres, spécialisée dans l’édition phonographique et les montages vidéos. Ensuite, ce challenger black artiste se lance dans la production d’une chaîne musicale de television BBLACK.

L’expérience de la mise en pratique de la méthode Monsoh n’est plus à approuver, depuis les années 90, après le lycée, David Monsoh s’oriente vers le tourisme et les loisirs pour préparer un BTS au CESG de Paris. Soutenu par l’artiste Nayanka Bell l’une des plus belles voix féminines d’Afrique, il intègre la société de production cinématographique SLP de Pascal Leibel comme stagiaire en management. Pour sa première expérience il remporte en 1994 le prix de l’Africa Music Award avec l’album VISA de Nayanka Bell. David Monsoh convaincu de son instinct d’artiste décide de tenter l’aventure dans la production, la même année, en 1994, il coproduit le tout premier album Espoir du footballeur devenu chanteur Gadji Céli qui reçoit un grand succès au niveau du public. C’est la naissance de la musique Afro-Zouk joué dans les boîtes de nuits parisiennes. De la période 1994 à 2004, David Monsoh dénicheur de nouveaux talents, étant directeur artistique Afrique sous la direction générale de monsieur Marcel Perse dans l’une des grandes maisons de distribution de disques à Paris, va enchaîner les productions d’artistes avec succès notamment King solo de saint-jo (Gadji Céli), en 1996. Et en 1998, il coproduit deux albums de Koffi Olomidé dont Effrakata et Affaire d’État. C’est l’apothéose en 1999 avec le groupe Magic Systèm qui sort « 1er gaou » en Côte d’Ivoire, un succès planétaire qui conduit le jeune producteur faiseur de stars à travailler avec plusieurs artistes africains et antillais comme Jocelyne Labille, Shadee, Yodé et Siro, Meiway, Sonia Dersion…
David Monsoh passionné de musique, businessman effréné commence à s’intéresser à d’autres styles de musique et d’autres concepts. A partir de 2002 il crée le concept de décaler-couper mis en place par la jet-set d’un night-club parisien. il est tellement convaincu du succès qui enregistre en studio les jeunes ivoiriens avec leur leader Douk Saga, le nouveau concept devenu très en vogue colporte le nom du célèbre producteur de Afro-zouk et de disc-jockeys, le grand David Monsoh a désormais son écurie. Amoureux de la rumba musique Congolaise, en 2006 David Monsoh a jeté son dévolu sur un jeune chanteur Congolais nommé Fally Ipupa il le forme et produit son premier album Solo Droit Chemin, coup d’éclat total car l’album s’est révélé comme un best-seller.

Ce producteur des temps modernes David Monsoh nous fait découvrir son expérience dans le milieu du showbiz à travers ses réalisations tout en restant positif malgré l’intense travail mené à chaque fois qu’il fait la rencontre d’un artiste. Sa passion intarissable pour la musique le pousse toujours à dépasser ses limites. Nous entendrons certainement la signature du plus célèbre des producteurs africains David Monsoh avec sa maison OBOUO Music dans plusieurs productions d’artistes à venir. En quête de développement perpétuel de la musique africaine, David Monsoh nous dévoile son dernier projet musical qui est en cours de production avec une sortie prévue très prochainement du premier album de son nouveau filleul, l’HÉRITIER WATANABE artiste congolais.

« Je suis black, je suis producteur professionnel artistique, je suis passionné de mon travail et je me mets à disposition de ces artistes, je suis incontestablement un amoureux de la culture » David Monsoh.

Carine Gosserez-koffi