lacourdeBabelDate de sortie : 12 mars 2014
Réalisé par : Julie Bertuccelli
Durée : 1h29m
Année de production : 2013
Distributeur : Pyramide Films

Voilà un film vivifiant ! C’est un magnifique documentaire où sont prises sur le vif les réactions, enregistrés les enthousiasmes et les doutes de collégiens âgés de 11 à 15 ans, venus des quatre coins du monde, de milieux difficiles, accueillis dans une classe où ils viennent apprendre le français.

Naturels, spontanés, ils veulent tous changer de vie, changer leur vie!

En voyant ces jeunes, volontaristes, ayant le désir de bien faire, d’apprendre, à l’écoute les uns des autres (Hein !, à notre époque si individualiste !…. ), c’est un véritable message d’espoir que nous délivre la réalisatrice, Julie Bertuccelli.

On ne peut s’empêcher de rapprocher ce message de celui de Michel Serres : Le monde a tellement changé que les jeunes se doivent de tout réinventer, réinventer une manière de vivre ensemble, une manière d’être et de connaître… et ces jeunes-là, on les imagine tout à fait capables de relever ce défi…on se prend à rêver, à espérer que notre jeunesse va balayer les vieux schémas, les poncifs, les idées reçues, qui nous ont conduit aux erreurs que nous payons aujourd’hui….

C’est beau le rêve, ne nous en privons pas !

Léa Berroche et c.de Rouffignac




Nous étions à l’avant-première pour vous 
au Cinéma des Cinéastes Paris 17ème…

Une pépite du 7ème art ! Coup de coeur pour le film: La cour de Babel.

Belle séquence emblématique en faveur de la réussite éducative. Vincent PEILLON le ministre de l’éducation nationale au cœur de l’initiative proposée par Pyramide Distribution et le cinéma Les Cinéastes (Paris 17ème).

 Le ministre a accompagné la réalisatrice du film… et tous les acteurs en présence de Brigitte CERVONI, l’enseignante de la classe d’accueil du Collège de la Grange aux Belles à Paris.

Discours appuyé en hommage à un film remarquable sur « toutes les différences ». Séquence d’actualité soulignant un film utile au moment de la mise en oeuvre de la refondation de l’école de la république. Un film enthousiaste, une voix ouverte, optimiste en faveur de la réussite de l’école inclusive, ouvrant la voie à l’école de tous les possibles…

CCDB_PP_005La Cour de Babel entre en résonance avec le souffle initiatique des précurseurs de l’Education Nouvelle tels KORCZACK, DECROLY, MONTESSORI… Ces passeurs d’éducation, créateurs – orfèvres des lettres d’or de la réussite éducative font sens au sein de la classe d’accueil du Collège de la Grange-aux-Belles, à Paris. (1) Brigitte CERVONI, la professeure de français du film explore un chemin des possibles, au coeur de la construction de tous les apprentissages : les élèves goûtent au plaisir d’apprendre. Brigitte CERVONI accueille au sens noble toutes les diversités croisées. Chacun de ces élèves va relever le défi : se recréer une nou- velle vie et découvrir une nouvelle langue. (citons les savoureuses expressions d’Andromeda dans le film « se faire un futur… se changer la vie ».

 La professeure valorise inlassablement les richesses des enfants (histoires, cultures, langues), exigence rime avec bienveillance au fil des images. Julie BERTUCCELLI, la réalisatrice écrit avec une simplicité ressourçante une grammaire généreuse de sa classe (comment ne pas évoquer le « learning by doing » ! ), le résultat : Un projet créatif… abouti ! Une nouvelle page de la réussite éducative semble ainsi s’esquisser, une réelle source d’encouragements propice à la réalisation de nos espérances. Julie BERTUCCELLI évoque le « microcosme » le sujet du film c’est bien le groupe.

La réalisatrice révèle la classe d’accueil « comme une utopie concrète ».

L’univers huis-clos de la classe illustre toutes les facettes des interactions des personnages entre…l’enseignante et les élèves, entre les élèves, entre l’enseignante et les parents.)

CCDB_PP_004La « Co-éducation » fonctionne judicieusement lors des entretiens avec les parents(évoquons aussi la pertinence des scènes présentant les échanges et le questionnement bienveillant puisés à partir des bulletins scolaires trimestriels). Evaluation et orientation se conjuguent afin de construire un projet en faveur d’une réussite inclusive pour chacun de ces élèves motivés.

La Cour de Babel s’inscrit dans l’actualité éducative comme un miroir rassurant de la classe-source d’une école inclusive.

Lumières en Arts, s’affiche enthousiaste à la lecture du regard positif posé par Julie BERTUCCELLI sur une école de la réussite pour tous, loin des poncifs maladroits et réducteurs, loin des traditionnels points de vue négatifs sur l’école, loin des propos argumentatifs convenus des reportages télévisés.

La Cour de Babel offre une authentique respiration questionnant les fondements mêmes de nos valeurs éducatives et culturelles grâce à la mise en jeu des narratifs du film. Le documentaire tend à initier à la personnalisation des apprentissages de la langue (la langue française étant perçue comme un outil d’expression, passerelle du dépassement de soi) et à souligner la diversité des pratiques pédagogiques possibles.

CCDB_PP_002Improbable scène symbolique lors de la présentation par chaque élève d’un objet personnel (clin d’oeil à la poupée ukrainienne…)

Illustration subtile du « dispositif » de ce que pourrait être un café philosophique animé par des enfants. Point d’orgue du film : la scène d’échange autour des religions… « C’est alors tout le monde des croyances qui s’invite dans la classe ». Cette scène rappelle l’un de ces moments rares où l’enseignant se dit dans sa classe « ça marche ! »

Lorsqu’on interroge Julie BERTUCCELLI sur le devenir des élèves de la classe de Brigitte CERVONI, la réalisatrice a raison de se montrer résolument optimiste. L’ovation réservée aux acteurs-collégiens à l’issue de la projection du film La Cour de Babel en Avant – Première Nationale au cinéma « Les CINEASTES » à Paris retentit comme une réponse remarquable !

Un hymne à la diversité ! Le mythe biblique de Babel revisité par Julie BERTUCCELLI apparait aussi comme un « acte politique » fort dans la séquence d’actualité éducative que nous traversons.

[1] A lire l’article « La langue au service de la création » dans le dossier du n°473 des Cahiers pédagogiques, « Enfants d’ailleurs, élèves en France » htt://www.cahiers-pédagogiques.com

Reportage réalisé par Gilles GOSSEREZ et Binta BOUGEL-BA Direction de la Rédaction du Magazine LUMIERES EN ARTS.

Album photos de l’avant-première du film avec Monsieur le Ministre de l’Education Nationale: Vincent PEILLON et toute l’équipe du film.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.