the revenant

The Revenant

therevenantafficheUn Film de :
Alejandro González Iñárritu
(Birdman – Babel)
Avec :
Leonardo DiCaprio (Gatsby le Magnifique – Le Loup de Wall Street)
Tom Hardy (Legend – Mad Max)
Durée : 2 h 36
Distributeur :
Twentieth Century Fox France
Au cinéma : Le 24 février 2016

Nous sommes dans une région montagneuse de l’Amérique profonde, au sein d’une bande de rudes trappeurs chasseurs de rennes. Il y a là Hugh Grass et son fils, de mère indienne, que John Fitzgerald déteste. Arrivent des indiens qui massacrent la moitié de la bande et obligent les survivants à s’enfuir. Au cours d’une halte, Hugh Grass s’étant éloigné du campement de fortune, tombe nez à nez sur un grizzly gigantesque. Il parvient à le tuer non sans avoir subi des blessures et des fractures abominables. Intransportable, le reste des trappeurs décident de le laisser sur place, sous la protection de Fitzgerald et d’un jeune trappeur qui ont ordre de ne pas le quitter. Les indiens menaçant de les débusquer, Fitzgerald décide d’abandonner le mourant à son triste sort. Pour masquer son forfait, il prend soin, avec l’aide du jeune trappeur, d’enterrer Hugh Grass alors qu’il n’avait pas encore rendu son âme à Dieu. Ce dernier parvient à s’extraire de la tombe et, en rampant, au prix d’efforts surhumains, finit par retrouver le cadavre de son fils qui était censé rester auprès de lui. Il comprend que Fitzgerald l’a tué.

Hugh Glass n’a plus qu’une idée en tête : venger son fils. Alors commence une course poursuite où le malheureux va avoir à lutter contre la fièvre, des plaies infectées, le manque de nourriture, le froid glacial des montagnes, des hordes d’indiens, ne devant parfois son salut qu’à des sauts vertigineux dans le vide ou dans les eaux glacées de rapides… Au bout d’un parcours interminable, il finira par retrouver Fitzgerald et, comme dans tout bon western, on assiste au duel du bon contre le méchant, à la hache et au couteau, sur fond de neige immaculée, qui ne restera pas ainsi longtemps !

Pas crédible, le héros aurait dû mourir cent fois ! Mais on s’en moque, c’est un western ! Il exige un cœur bien accroché lors de certaines scènes terrifiantes, parfois atroces… Un film souvent à la limite du supportable, mais Beau ! Beau par les paysages, forêts, montagnes, plaines, torrents tumultueux et beau par la stature des personnages, mal dégrossis, taillés à la hache, c’est le cas de le dire, tous superbement interprétés. Leonardo DiCaprio, méconnaissable avec sa barbe, ses cheveux longs, ses plaies sanguinolentes, campe un Hugh Glass habité par une froide colère, obstiné, poursuivant sa marche sans prononcer un seul mot, Tom Hardy s’est glissé dans la peau d’un John Fitzgerald, fourbe ; menteur, haineux, qui se fait détester dès les premières images.

Ce film d’Alejandro Gonzalez Iñárritu est à couper le souffle. Ames sensibles, préparez-vous à un choc. Du grand cinéma !

Léa Berroche et Christian De Rouffignac

Fleuron

 



Copyright - Lumières En Arts,  Votre magazine culturel du web - 2016