Justine se voit confier par son patron l’organisation d’un évènement charmant pour ce
charmeur. L’objectif est d’impressionner fortement une belle qui fait vibrer son cœur. C’est
une bonne occasion pour Justine et son mari Albin de renflouer les caisses du foyer. C’est une
bonne occasion pour la bande de copains, qui sur le principe des dominos, s’endettent entre
amis afin de rembourser leurs dettes. Chacun pourra solder ses comptes vis-à-vis des autres.
C’est ainsi que cette bande saugrenue trouve la brillante idée d’une randonnée fluviale. La
balade des gens heureux aux airs de « Santiano » d’Hugues Auffray ne manque pas
d’enchantement et de petites trouvailles pour mieux arnaquer le pigeon. Qui soit dit en
passant, ne semble pas dupe que son porte-monnaie intéresse plus la bande que sa personne.
Tout pourrait bien se retourner au fil de l’eau, les cœurs s’ouvriront sans aucun doute.

La fable, l’esprit bande dessinée, l’imaginaire, une petite dose de surréalisme, et la satire
sociale ne sont jamais loin chez Bruno Poladydès. De film en film, il construit un univers
partagé par une bande d’acteurs enthousiastes, Isabelle Candelier, Jean Noël Brouté, Florence
Müller et son frère, Denis Podalydès. Daniel Auteuil rejoint avec beaucoup de bonheur ces
saltimbanques de l’âme, comme Sandrine Kiberlain devenue une habituée. Podalydès oscille
entre les mystères de Gaston Leroux, Bécassine, Comme un avion avec déjà une escapade en
kayak et le reste de sa filmographie qui est à chaque fois un voyage qui flirte entre une société
d’individus qui de Dieu seul me voit (Versailles-Chantiers) (1998) à Wahou ! (2023), n’a fait
qu’effacer la réalité pour un monde plus fantaisiste. Nous retrouvons l’esprit buissonnier de
notre enfance, le cours des rivières cher au réalisateur, présent dans plusieurs de ses films.

L’envie d’ailleurs qui nous ramène toujours au point de départ, mais changé. C’est une mise
en scène proche du strip, de quelques saynètes cocasses dans l’esprit du théâtre proche de la
commedia dell’arte, avec ses Pierrots et ses Colombines. Chaque écluse est le prétexte à une
petite histoire qui forme un collier de petites perles savoureuses. C’est une galerie de
personnages tout droit sortis de l’univers de Tati, du muet, et bien entendu, des bandes
dessinées, à l’image de celles de Franquin, Pierre Dax, et autres humoristes ironiques, formés
à l’école buissonnière de la vie. Peu à peu, cette farce finit par se retourner contre ses auteurs
pour un happy end surprenant. C’est en tout en douceur que le réalisateur écorne la société,
comme à son habitude et ses petits travers souvent technologiques. La nature n’est jamais loin

au détour d’un jardin en ville, à la campagne, dans une envie d’échapper à la ville
envahissante.

Au cours de cette flânerie de l’âme, vous rencontrerez un gardien de musée particulier, peintre
à ses heures, un restaurant chantant, un voleur de pédalos devenu capitaine d’une péniche, etc.
L’amour est le cœur de cette fantaisie charmante qui vous donnera envie à votre tour de
pousser la chansonnette sur une pénichette. Nous vous proposons une interview en roue libre
avec Bruno Podalydès qui a bien voulu répondre à nos questions, malgré un léger coup de
froid, pour donner un peu de surréalisme. Vous apprendrez le lien entre La petite Vadrouille
et la grande et bien d’autres mystères. Nous avons réalisé cette interview pendant les
rencontres de Gérardmer avec notre compère Thierry. Il ne vous reste plus qu’à prendre le
large en allant découvrir cette fable humaniste en salle.

Fiche technique

Titre français : La Petite Vadrouille
Réalisation et scénario : Bruno Podalydès
Décors : Wouter Zoon
Costumes : Dorothée Guiraud
Photographie : Patrick Blossier
Montage : Christel Dewynter
Production : Pascal Caucheteux
Sociétés de production : Why Not Productions ; Arte France Cinéma (coproduction)
Société de distribution : UGC Distribution

Pays de production : France
Langue originale : français
Format : couleur
Genre : comédie
Durée : 96 minutes
Dates de sortie : 11 avril 2024 (Rencontres du cinéma de Gérardmer) 5 juin 2024 (sortie
nationale)

Distribution

Sandrine Kiberlain : Justine
Daniel Auteuil : Franck
Denis Podalydès : Albin
Bruno Podalydès : Jocelyn
Florence Muller : Rosine
Isabelle Candelier : Sandra
Jean-Noël Brouté : Caramel
Dimitri Doré : Ifus
Patrick Ligardes : le propriétaire de la Pénichette
Éric Viellard : le patron du Café Chanté
Yann Frisch : le chargé d’étude représentant

A lire également