La bande d’émotions maitrise parfaitement la situation, Joie, Tristesse, Colère, et Peur. Riley
vient d’avoir treize ans et c’est l’entrée dans l’adolescence avec les nombreux changements
dus à la puberté. Elle intégrera le lycée l’année prochaine sans ses deux meilleures amies,
Bree et Grace. En attendant, un stage de hockey avec la Coach Roberts lui permettra peut-être
de rejoindre la fameuse équipe des Fire Hawks. C’est le moment que choisissent de nouvelles
émotions pour débarquer dans sa vie et prendre le contrôle. Anxiété, Ennui, Embarras et
Envie mènent la danse de la nouvelle Riley. Aux commandes, tout en orange, les cheveux
ébouriffés à la Muppets Show, Anxiété dirige son équipe dans un grand débordement
dangereux. Riley en oublie ses meilleures copines pour se faire bien voir de l’équipe des
grandes. Elle n’hésite pas à trahir ses amies et les valeurs de son enfance. Dans ce grand
bouleversement, pour ne pas perdre l’essentiel, Joie, Tristesse, Colère et Peur, devront mener
une quête au bout de l’esprit pour récupérer l’estime de soi perdue.
Dans l’esprit du premier volet, on assiste à un grand chamboulement de l’esprit plus qu’aux
problèmes de puberté plus physiques, abordés déjà dans Alerte Rouge. On y voyait une ado se
transformer en Panda Roux face aux émotions profondes du passage de l’enfance à
l’adolescence à travers la puberté. Vice Versa 2 choisit de traiter le bouleversement intérieur,
comme dans le premier volet. Joie et sa bande se trouvent mises de côté pour laisser la place
aux nouveaux sentiments plus complexes. Au départ, le réalisateur voulait traiter de la perte
de confiance en soi. Il lui préfèrera l’estime de soi beaucoup plus porteuse. A la puberté, le
corps change, on se cherche, on doute de tout. On veut plaire et ne pas se retrouver seul,
abandonner l’enfance pour se rapprocher, à travers l’adolescence, de l’adulte que l’on sera.
C’est dans ce contexte et pendant un week-end important, marquant les années à venir, que
tout se joue. Le film enfile un collier de petites perles brillantes entre gags, suspense et
moments d’émotions pour expliquer la métamorphose. Le dictionnaire nous dit de l’anxiété
qu’il s’agite d’inquiétude et peur intenses face aux situations quotidiennes, de réactions
excessives passagères. On remise au fond de l’esprit les vieilles émotions ne servant plus à
rien. Anxiété ne se rend pas compte qu’elle privilégie des sentiments négatifs qui n’aideront
pas Riley dans sa nouvelle quête de soi. Joie et sa bande plongent dans la remise des vieilles
pensées pour retrouver l’estime de soi. Ils devront la ramener avant que l’anxiété n’ait tout
bouleversé.
Pixar pousse plus loin la réflexion sur les failles humaines. Après l’acceptation, vient le temps
de la transcendance pour grandir, en s’appuyant sur hier pour construire demain. On assistera
à un tsunami de sentiments emportant tout sur leur passage : la nostalgie, une vieille dame qui
vient trop tôt, un chien fou, des fils pour représenter tous ces sentiments qui créent notre
personnalité. C’est bien trouvé et les symboles et métaphores sont représentés assez
simplement pour que chacun les comprenne. On peut voir un air de ressemblance avec le
premier volet. Se dire que la vie, c’est s’accepter comme on est avec ses qualités et ses
défauts. C’est peut-être simpliste pour certains mais la vie n’est rien d’autre, il me semble.
C’est un excellent Pixar retrouvant les chemins de la qualité de ses débuts.


Fiche technique


Titre original : Inside Out 2
Titre français : Vice-versa 2
Titre québécois : Sens dessus dessous 2
Réalisation : Kelsey Mann
Scénario : Meg LeFauve et Dave Holstein, d’après une histoire de Kelsey Mann et Meg LeFauve
Musique : Andrea Datzman
Photographie : Adam Habib et Jonathan Pytko
Montage : Maurissa Horwitz
Producteur : Mark Nielsen
Producteur exécutif : Pete Docter
Sociétés de production : Pixar Animation Studios et Walt Disney Pictures
Société de distribution : Walt Disney Studios Distribution
Pays d’origine : États-Unis
Langue originale : anglais
Genre : animation, comédie dramatique
Format : couleur
Durée : 100 minutes
Dates de sortie : 19 juin 2024
Distribution
Amy Poehler : Joy (Joie)
Lewis Black : Anger (Colère)
Liza Lapira : Disgust (Dégoût)
Tony Hale : Fear (Peur)
Phyllis Smith : Sadness (Tristesse)
Maya Hawke : Anxiety (Anxiété)
Paul Walter Hauser : Embarrassment (Embarras)
Adèle Exarchopoulos : Ennui
Ayo Edebiri : Envy (Envie)
Diane Lane : Riley’s mother (la mère de Riley)
Kyle MacLachlan : Riley’s father (le père de Riley)

Kensington Tallman : Riley
Yvette Nicole Brown : Coach Roberts
June Squibb : Nostalgie
Voix françaises
Charlotte Le Bon : Joie
Gilles Lellouche : Colère
Mélanie Laurent : Dégoût
Pierre Niney : Peur
Marilou Berry : Tristesse
Dorothée Pousséo : Anxiété
Adèle Exarchopoulos : Ennui
Kaycie Chase : Envie
Maxime Hoareau : Embarras
Jaynélia Coadou : Riley Andersen
Margaux Maillet : Valentina « Val » Ortiz
Alexis Victor : le père de Riley
Françoise Cadol : la mère de Riley
Amélia Ewu et Lana Ropion : Bree et Grace, les amies de Riley
Corinne Wellong : coach Roberts
Source VF : The Walt Disney Company France

A lire également

Laisser un commentaire